Le Pitch fire, dans un Startup Weekend, c’est LE moment où chaque porteur de projet dispose d’une minute pour présenter son idée aux autres participants.

Une minute, et pas une seconde de plus, pour que tous les participants comprennent votre idée et votre ambition.

Une minute pour transmettre votre passion et donner envie à d’autres personnes de vous rejoindre dans cette aventure.

Pour vous, porteur de projet, deux possibilités.

  • Soit vous y allez sans véritable conviction ni préparation, mains dans les poches … vous faites un pitch tiède et mou, et voilà c’est fait, vous retournez vous asseoir.
  • Soit vous décidez de vivre votre Startup Weekend à fond ! Vous y allez avec passion, préparé et remonté à bloc, la conviction chevillée au corps, et PENDANT UNE MINUTE vous donnez tout ce que vous avez. Vous et l’auditoire vivez une minute d’énergie pure et de passion – le début de votre aventure.

Dans cet article, nous allons vous donner les quelques trucs pour avoir toutes les cartes en mains pour faire un pitch qui démonte.

Prenez juste 5 secondes pour imaginer la scène : les gens qui se lèvent, applaudissent et sifflent…

Plutôt cool non ? … il suffit de bien vous préparer.

Sur la forme

1. S’adapter aux publics

Il faut avant tout savoir à qui on s’adresse. Le message est effectivement amené à changer en fonction du public auquel les porteurs de projets s’adressent.

2. « Le théâtre, c’est un hold-up » Isabelle Huppert.

Lors de l’exécution du pitch, la personnalité du porteur de projet compte pour 80%, son discours seulement pour 20% . Il s’agit donc d’un véritable One man show sur scène. Il est donc primordial de s’entraîner à des exercices de théâtre. Dans cette optique, l’improvisation, les silences et l’humour sont donc également de mise. « Il ne faut pas oublier qu’on s’adresse à des humains ! ».

3. Repeter devant ses amies/familles

Comme toute pièce de théâtre, la répétition s’impose. Répéter auprès de son entourage permet d’identifier certains points que les porteurs de projet n’ont pas abordés dans leur pitch. Ces derniers s’apercevront alors qu’il est nécessaire d’intégrer certaines dimensions dans leur discours tandis que d’autres points seront volontairement mis de côté. Un pitch bien construit doit donc constituer un prétexte pour que le public ait envie de poursuivre la discussion…

En savoir plus

Si votre projet vous tient un tant soit peu à cœur, si vous voulez cartonner au pitch fire, vous devez ABSOLUMENT vous entraîner à pitcher, sinon vous ne serez pas aussi bon que ce que vous auriez pu être. Vous risquez d’être plus approximatif, de ne pas être assez impactant, d’oublier de dire des choses importantes comme le nom de votre projet, d’être trop long, et de ne pas réussir à convaincre les autres participants de l’intérêt de votre projet. Bref, ça serait dommage, car votre Startup Weekend peut prendre un tournant décisif si vous êtes bon lors du pitch fire.

Dans un premier temps, rédigez votre pitch en utilisant la structure donnée ci-dessus, puis entraînez-vous à la déclamer en vous chronométrant. Vous devez impérativement ne pas dépasser une minute, car les organisateurs vous interrompront sans pitié dès la minute écoulée.

Au fur et à mesure, que vous le répéterez, vous vous approprierez votre discours, vous l’ajusterez pour trouver les mots qui sonnent justes et les formules qui marquent les esprits, enfin vous aboutirez à un pitch taillé sur mesure pour votre projet, le tout dans le temps imparti.

Précision importante : plus vous vous entraînerez, plus vous vous éloignerez de cette structure de base. C’est normal, et c’est tant mieux. A vous, à partir de cette base, de construire VOTRE pitch qui vous rend si unique et si spécial.

Sur le fond

4. S’appuyer sur un concept connu

Un bon pitch fire commence toujours par une bonne phrase d’accroche. Elle doit être courte, simple et mémorable. Il faut réussir à capter directement l’attention de ses auditeurs. La meilleure façon est de ramener son projet à un concept déjà bien connu. On peut citer ici l’exemple très réussi de la start-up Cookening qui s’est tout de suite définie comme le Airbnb de la table d’hôte. En somme, il ne faut pas hésiter à vulgariser son discours et à avoir recours à des métaphores. L’idée est d’avoir un discours imagé.

5. Marketez votre pitch

Votre responsabilité de jeune entrepreneur, c’est d’avoir une vision, une cause, mais aussi, de savoir la vendre et de savoir faire en sorte que les gens (les investisseurs, le marché) adhèrent à votre projet.

En d’autres termes, votre but est de parvenir à expliquer votre vision tout en marquant les esprits au fer rouge – en une minute.

Pour cela, vous devez réveiller le marketeur, le publicitaire, le vendeur de rêve qui sommeille en vous, et trouver les mots justes à caler dans votre pitch, pour qu’il marque les esprits. Des formules choc, des phrases pleines d’audace et d’ambition; quelque chose qui fonctionne en termes de musicalité, de rythme, de rimes, d’allitérations, mais aussi, d’ambition et de charge émotionnelle.

Il n’y a pas vraiment de recette pour faire des phrases choc. C’est à vous de réfléchir et de tester (en vous entraînant !) si ça sonne juste ou non.

Outre le fait que cela marquera les esprits, de telles phrases choc vous permettront d’être abondamment retwitté (vous vous êtes créé un compte Twitter hein ?) par les internautes qui suivent votre présentation via le livestream, et qui se feront une joie de retwitter votre formule choc – commençant ainsi à construire votre notoriété et la sympathie des internautes pour votre produit.

6. Dynamiser sa vision

Pour aborder le marché sur lequel la start-up compte se développer, il est important de se projeter dans le cadre d’une vision dynamique et non statique. Ce sont les compétiteurs futurs qui comptent. L’erreur que font de nombreux porteurs de projets est de se positionner sur un graphique, représentant le marché, tout seul en haut à droite là où il n’y a pas de concurrent. Mais, souvent lorsqu’il n’y a pas de compétition cela signifie qu’il n’y a pas de marché du tout. « L’entrepreneuriat c’est la ruée vers l’or ». L’objectif est donc d’aller là où il y a beaucoup d’acteurs mais de réussir à se hisser au-dessus.

7. Créer une histoire

Au moment de se présenter, une grande majorité des startupeurs explique par quelles écoles elle est passée… Erreur. L’idée ici est de raconter une histoire et de démontrer pourquoi il s’agit de l’équipe la plus pertinente face au projet qu’elle souhaite monter. Il ne faut donc pas hésiter à scénariser une histoire afin de créer un « Wahou effect ». L’équipe constitue la seule variable qui, a priori, ne change pas alors que le projet peut pivoter à plusieurs reprises. Les investisseurs n’investissent pas sur un projet mais sur une personne ! » Une personnalité qui doit donc disposer de compétences mais également d’une certaine sensibilité en lien avec ses ambitions.

Evitez de :

Réciter votre CV.

Ne donnez que votre prénom ; votre expérience, votre background importent peu pour le moment, vous n’avez pas besoin d’impressionner, ou de légitimer votre démarche. Et de toute façon, vous n’avez pas le temps de raconter tout ça.
Raconter votre vie… NON… sauf si c’est court et que ça contribue fortement à votre pitch. Ne vous lancez pas dans une narration trop longue ou élaborée. Vous n’avez qu’une minute. Allez droit au but : soulevez le problème que vous avez identifié, et expliquez comment vous entendez répondre à ce problème.

Expliquer votre business model / pourquoi votre projet est sérieux / concret / solide : pas le temps… et pas le moment !

Le pitch fire, c’est avant tout pour communiquer votre vision et votre enthousiasme. Vous pourrez entrer dans les détails pendant tout le weekend, c’est fait pour ça !

Croire que votre pitch est une présentation classique

Vous êtes dans un format ultra court, vous n’avez pas le temps pour de longues entrées en matières, et encore moins pour rappeler les tendances du marché (que tout le monde a déjà parfaitement en tête). Allez droit au but, soyez efficaces !

Oublier de dire le nom de votre projet

… ou ne pas avoir de nom : autre raison pour laquelle vous devez vous préparer à l’avance : vous devez avoir un nom de code pour votre projet, et ne surtout pas oublier de le déclamer. Vous devriez même essayer de le répéter plusieurs fois en une minute. Pourquoi ? Et bien tout simplement parce qu’en faisant ça, vous commencez déjà à brander (= construire la notoriété et l’identité de votre produit). N’oubliez pas qu’en face de vous ce sont des participants…  nul doute que certains parmi eux pourront être vos premiers utilisateurs et vos premiers ambassadeurs si votre projet marque leur esprit et les enthousiasme.

Parler trop bas… ou trop fort.

Rien de plus agaçant que quelqu’un qui braille dans un micro; et rien de plus décevant que ne rien entendre. Demandez à quelqu’un de se mettre au fond de la salle, en face de vous, et de vous faire signe pour vous indiquer si vous parlez trop fort, ou trop bas.

Parler trop vite.

Vous n’avez qu’une minute… mais votre présentation doit être agréable à écouter. Et quelqu’un qui parle trop vite, c’est désagréable à écouter. Si vous vous préparez correctement, vous saurez que votre pitch tient en une minute, et vous pourrez parler normalement à un débit normal et intelligible.
Croire que c’est facile : heu non. Dire l’essentiel, de manière impactante, en respectant le timing de 1 minute, ce n’est pas insurmontable, mais vous ne pourrez pas improviser le jour J. Préparez-vous, entraînez vous !

Attendre la veille pour préparer son pitch

Pour bien rédiger votre pitch et bien vous l’appropriez, vous allez devoir y passer quelques heures. Le bon moment pour le faire, en prévision du Startup Weekend Monaco, c’est au minimum une semaine avant (le temps que les idées se mettent en place dans votre esprit, que les formules de choc vous viennent spontanément, etc).

Si vous suivez ces quelques conseils, que vous vous préparez consciencieusement, que vous mettez de la passion dans votre pitch (sans doute la chose la plus importante), alors tout devrait aller comme sur des roulettes, votre pitch va marquer les esprits, votre projet sera retenu et vous aurez une team de gens super motivés pour vous aider à avancer votre projet !

J’espère surtout ne pas vous avoir trop mis la pression – car si pression il doit y avoir, elle ne doit qu’être super positive ! Tout est question de perception. Considérez que plutôt qu’une épreuve, c’est un moment de gloire où vous allez pouvoir enflammer la salle avec une idée brillante et lumineuse; considérez que c’est le début d’une grande et belle aventure qui porte votre nom. Mettez-y de l’énergie, de la motivation, de l’enthousiasme, et je vous garantis que c’est une expérience que vous n’oublierez jamais.

One Comment

Leave a Reply